Office de tourisme de la Montagne Bourbonnaise

Vous cherchez à passer un agréable séjour en Montagne Bourbonnaise, n’hésitez pas à visiter le site de l’Office du Tourisme

Typologie du bâti

D’après la Charte Architecturale et paysagère de la Montagne Bourbonnaise (2000-2001), on trouve sur le territoire de la communauté de communes plusieurs types d’habitat.

L’habitat élémentaire

Il est très répandu. Il est composé d’un seul logement, son volume est simple, couvert d’une toiture à deux pentes ; la façade est composée d’une porte, une ou deux fenêtres sur un ou deux niveaux.

Les maisons « blocs de terre »

Elles sont très répandues. Ce type d’habitat de forme allongée, réunit sous un même toit, l’habitation et les bâtiments agricoles. L’habitation, destinée à loger une famille, possède souvent deux niveaux. Dans son prolongement, sont accolées la grange et l’étable. La composition de la façade est organisée de manière symétrique, les portes et les fenêtres sont alignées horizontalement et verticalement. De petites ouvertures permettent d’éclairer les combles.

Les fermes à éléments séparés

L’habitation et la grange-étable sont séparées et disposées soit en face à face, soit en équerre.

Les domaines

Les domaines se trouvent sur des propriétés agricoles plus importantes. Ils sont au moins constitués de trois bâtiments ordonnés autour d’une cour rectangulaire et ouverte : la maison d’habitation, la grange-étable et les bâtiments annexes (porcherie, bergerie, poulailler, écurie, hangar…).

L’habitat communautaire

Jusqu’au XIXème, une partie de l’organisation sociale de la Montagne Bourbonnaise fonctionnait sur le modèle de la communauté familiale paysanne (nécessité d’entraide et besoin de regroupement). De ce mode de vie résulte une architecture caractéristique : les maisons à galerie. Ces maisons abritaient plusieurs familles sur deux niveaux. Le rez-de-chaussée accueillait les pièces communes, et l’étage était réservé aux chambres. Ces dernières étaient desservies par une galerie extérieure en bois, protégée par l’avancée du toit. On en retrouve peu sur le territoire.

Les maisons de maître

Ces maisons sont plus imposantes. De formes presque carrée, elles possèdent deux ou trois niveaux et sont couvertes par une toiture à deux, voire plus souvent à quatre pans. La composition de la façade est toujours symétrique.

Une réhabilitation nécessaire du bâti traditionnel

Selon la Charte Architectural et Paysagère, l’habitat récent (maisons de types pavillonnaire) n’est pas majoritairement représenté sur le territoire. Mais le nombre de bâtiments d’habitation abandonnés ou sans entretien est inquiétant. L’abandon ou le manque d’entretien de ces constructions nuit à l’agrément de l’espace public, à la perception de l’image des bourgs et des villages, et à leur attractivité.