Office de tourisme de la Montagne Bourbonnaise

Vous cherchez à passer un agréable séjour en Montagne Bourbonnaise, n’hésitez pas à visiter le site de l’Office du Tourisme

Histoire de la commune

Situé sur une très ancienne voie de communication, le village d’Arronnes s’est développé à la confluence des deux rivières Vareille et Sichon. De Cusset au Forez, les voyageurs empruntaient la vallée du Sichon et faisaient halte à Arronnes. L’abbaye de Cluny y a implanté, au cours du Moyen-Âge, un prieuré hospitalier qui accueillait les gens de passage.

Arronnes vient d’un mot pré-celte qui désigne le lieu de rencontre de la petite rivière Vareille, avec la grande rivière Sichon et symbolisé par le pairle ondé d’azur. Le bonnet phrygien rappelle que la commune a été créée en 1790. La crosse d’évêque et la clé représentent les deux saint patrons de la paroisse, saint-Léger et saint-Pierre.

L’histoire du village d’Arronnes remonte certainement à la nuit des temps, mais elle n’est connue dans les textes qu’à partir de 1095. Une bulle du Pape Urbain II confirme à cette date Arronnes dans les possessions de l’abbaye de Cluny. Les moines y installent un petit prieuré hospitalier qui pourvoit à l’hébergement des hôtes de passage et aux besoins des plus démunis.

Durant les derniers siècles du Moyen-Âge, Arronnes est une paroisse de laquelle des rentes sont prélevées pour les seigneurs locaux. En 1351, celles-ci vont du Duc Pierre de Bourbonnais à Dalmas de Vichy, seigneur de Busset. Elles restent attachées à cette maison jusqu’en 1672 puis passent à la seigneurie de Montgilbert.

À Arronnes, les redevances sont perçues dans une maison du bourg qui est nommée à ce titre le « château ». Cette « maison noble » et la paroisse dépendent du milieu du XVIe siècle au XVIIIe siècle du doyenné d’Escurolles. Elle est occupée par la famille de Saint-Quentin d’Auvergne. La commune d’Arronnes voit le jour en 1790. Elle est d’abord rattachée au canton de Busset puis à celui du Mayet-de-Montagne en l’An IX.