Office de tourisme de la Montagne Bourbonnaise

Vous cherchez à passer un agréable séjour en Montagne Bourbonnaise, n’hésitez pas à visiter le site de l’Office du Tourisme

Les reliefs

Le territoire de la Montagne Bourbonnaise mais également plus largement l’ensemble des Bois Noirs et des Monts de la Madeleine font partie d’un vaste ensemble, un Horst qui s’est soulevé à l’ère tertiaire. De part et d’autres, la Limagne et la plaine de la Loire se sont effondrées et leurs fosses se sont comblées de sédiments.

Géomorphologie du territoire

Les failles qui entaillent le massif structurent fortement le territoire. Elles définissent des limites nettes et des versants abrupts à l’est et à l’ouest du territoire. Par contre, au nord, la limite est plus floue, le territoire plongeant sous les sédiments de la Sologne Bourbonnaise. Elles délimitent d’importants blocs structuraux (Bloc des Bois Noirs et Bloc de la Madeleine) qui ont coulissé les uns par rapport aux autres. Elles orientent les cours d’eau (Sichon, Besbre, Barbenan) qui coulent tous vers le nord/ nord-ouest.

Les granits sont les roches dominantes. Leur faciès est assez varié (granits à gros grains au Mayet de Montagne ; granits clairs des Bois Noirs et de la Madeleine, micro granits et granits à grain moyen ou fin à La Chapelle).

Sur l’extrême nord-ouest (Molles), on retrouve des formations sédimentaires et volcanosédimentaires : tufs et faciès d’altération. Automne en Montagne Bourbonnaise - Jacky PROYART

Les reliefs

Le relief forme l’ossature du paysage. Les croupes, les talwegs conditionnent les vues et donc la perception paysagère. En Montagne Bourbonnaise, il est un élément primordial qui structure fortement le territoire qui culmine à 1287m au Puy de Montoncel. Vers le sud, le relief s’abaisse lentement pour atteindre 400 m à Châtelus et Molles. Malgré ces altitudes limitées, le territoire n’a pas usurpé l’appellation de "montagne". Elle le doit au contraste fort avec les régions limitrophes planes de la Limagne et de la Sologne. Mais aussi à l’intérieur du territoire, aux reliefs énergiques et aux pentes accusées qui opposent vallées et sommets.

La morphologie des vallées est très variable : vallée encaissée de la Besbre au niveau de Châtel Montagne, large vallée à fond plat du Sichon à Lavoine. Le Jolan et le Mansan, deux affluents importants du Sichon structurent la partie la plus à l’ouest du territoire selon un axe orienté est-ouest. Toutefois, ce qui est particulièrement remarquable sur le territoire, c’est la forte densité du réseau hydrographique secondaire. Un chevelu de ruisseaux secondaires sillonne et crée des micro-unités visuelles.

Col de La Plantade - Jacky PROYART

Les reliefs qui séparent deux vallées sont particulièrement marqués. Les cassures de reliefs sont brusques. Ainsi le Massif de la Ligue (culminant au Roc des Gabelous) est un repère lointain. Cette typologie est reprise à plus petite échelle sur les reliefs secondaires. Les pentes abruptes des versants sont couronnées par des dômes et des croupes. La topographie est donc une succession de collines et de lignes de crêtes qui s’enchevêtrent.

Les plateaux comme celui de la Verrerie ou celui de la Barnaudière à l’Ouest d’Arronnes représentent une exception, un type de paysage à part sur ce territoire.

Source : Charte Architecturale et Paysagère 2002