Office de tourisme de la Montagne Bourbonnaise

Vous cherchez à passer un agréable séjour en Montagne Bourbonnaise, n’hésitez pas à visiter le site de l’Office du Tourisme

Le marché locatif

La demande locative auprès des agences immobilières (Paul Immobilier) ne peut être satisfaite par manque de biens à louer.

Sur le territoire, la marché locatif existe. Mais les biens immobiliers ne sont pas mis en gestion locative.

Les propriétaires souhaitent assurer directement la gestion de leur patrimoine immobilier (quelques annonces sont affichées chez les commerçants). On se renseigne sur les locataires par le bouche à oreille. Les locataires qui quittent un logement peuvent aussi présenter de nouveaux postulants.

En 2001, le circuit de recherche d’un logement pouvait passer également par le notaire. Désormais, le propriétaire ne semble plus souhaiter donner son bien en gestion.

La demande locative dans le parc privé

La demande locative est un élément toujours aussi difficile à cerner, car il n’y a pas d’interlocuteur privilégié (pas de gestion locative par un ou plusieurs professionnels).

Selon les communes et la période de recherche, les demandes reçues en mairie fluctuent entre 2 par mois à 2 ou 3 par an ; en été on peut atteindre une par semaine dans les communes plus importantes regroupant davantage de services et commerces.

Au Mayet de Montagne, la mairie transfère tous les demandeurs vers les offices HLM. Le Centre Social rural de la Montagne Bourbonnaise constate de la part des personnes âgées autonomes, une recherche de logement à proximité des commerces et des différents services. Une forte demande locative de la part de familles est mentionnée. Les demandeurs sont aussi des gens en difficulté sociale qui fuient la ville en idéalisant la campagne.

A Ferrières sur Sichon, Lavoine, Laprugne, la demande locative concerne surtout des personnes de la commune qui souhaitent y rester (couple, famille, retraités, jeunes qui se mettent en ménage). A Laprugne, les logements communaux à rénover trouveront acquéreur sans difficulté.

A Arfeuilles, la demande se limite à une par trimestre. La commune attire une demande très sociale. Un logement ODHLM est cependant vacant depuis plus de 6 mois.

A La Guillermie, la mairie ne reçoit plus de demande locative (un logement communal individuel de type 4 rénové en 2003 est vacant depuis début 2007).

A Châtelus, les ménages en recherche de logements sont des personnes extérieures à la commune, en activité et qui sont attirés par le cadre de vie de la commune.

Plus on se rapproche de Vichy, plus les demandeurs de logements sont variés (demandes de personnes aisées et demandes très sociales).

Les demandeurs sont exigeants quant aux caractéristiques du logement : ils souhaitent une maison de campagne avec un peu de terrain.

La demande locative dans le parc public

Les données issues du fichier du « Numéro Unique » départemental géré par la Direction Départementale de l’Equipement permettent de connaître la demande locative auprès des bailleurs sociaux sur un territoire précis.

En effet depuis 2001, chaque demandeur est enregistré sous un numéro unique dés sa première demande de logement de type HLM et quelque soit le nombre de demandes réalisées, ce qui permet de connaître le nombre réel de demandeurs de logement sur le territoire. Entre 2001 et 2003, la demande locative dans le parc public s’est accrue de prés de 23%.

En 2004 et 2006, les demandeurs recensés sont près de 2 fois plus nombreux qu’en 2001-2002.

Entre 2001 et 2006, la demande a augmenté de 100%. Cela s’explique par les différents programmes de l’ODHLM réalisés au Mayet de Montagne (52 logements rénovés en 2004) et à Nizerolles (4 logements construits en 2004 et 4 logements supplémentaires en 2006).

Les demandes de locataires ayant déjà un logement dans le parc public mais qui en cherchent un autre, sont très faible en 2001 mais augmente avec les programmes de rénovation/construction HLM.

Le délai moyen d’attribution d’un logement HLM pour les demandeurs du territoire de la Montagne Bourbonnaise s’est allongé : il était de 1 à 2 mois en 2001 et 2002 ; contre 4 mois ces quatre dernières années, voire même 5 mois en 2004. Ces délais sont certainement dus à une insuffisance de l’offre locative compte tenu de la demande suscitée par les programmes HLM réalisés récemment. La rotation des locataires dans ce parc est aussi limitée.