Office de tourisme de la Montagne Bourbonnaise

Vous cherchez à passer un agréable séjour en Montagne Bourbonnaise, n’hésitez pas à visiter le site de l’Office du Tourisme

Le Commerce

Selon les dernières données disponibles communiquées par la Chambre de Commerce et d’Industrie de Moulins-Vichy, l’évolution du nombre d’entreprises commerciales entre 1990 et 2002 connaît une légère érosion avec la perte nette de 9 établissements.

Cependant, la tendance s’est inversée puisque le solde net des créations radiations pour 2003 2004 est positif pour le tissu commerces services. Sur 2 exercices, 2003-2004, le solde net se concrétise par 2 établissements supplémentaires.

Commerces et industries
AnnéeCréationsRadiationsSolde
2003880
20041614+2
TOTAL2422+2
PDF - 11.2 ko
Evolution des commerces en Montagne Bourbonnaise

Répartition des entreprises commerciales (uniquement inscrites RCS) par secteurs d’activités (Mai 2002)

ActivitésNombre d’entreprises
Alimentation générale Epicerie6
Supermarché1
Autres6

TOTAL ALIMENTATION

13

TOTAL CAFE HOTEL RESTAURANT

30
Exploitation de carrières1

TOTAL BATIMENT

1
Abattage11
Exploitation forestière6
Commerce meubles2
Autres2

TOTAL BOIS AMEUBLEMENT

21
Pharmacie5
Autres7

TOTAL SERVICES

12

TOTAL HABILLEMENT

2

TOTAL DIVERS FABRICATIONS

2

TOTAL DES COMMERCES

81

La commune du Mayet de Montagne, en position centrale, est un pôle d’attraction et accueille le plus grand nombre d’équipements et de services. Arfeuilles et Châtel Montagne sont ensuite les communes les mieux équipées.

Les communes au sud du territoire (Laprugne, Lavoine, La Guillermie) n’ont plus aucun commerce de proximité depuis parfois très longtemps. Mais cette absence est compensée par une desserte en commerces ambulants.

Châtelus est une commune orientée vers Arfeuilles et Lapalisse. Seuls les commerces ambulants d’Arfeuilles et Lapalisse assurent une petite activité locale. Cependant leur fréquentation moindre entraîne une évolution à la baisse de certains d’entre eux avec parfois un arrêt du service (épicerie par exemple).

D’autres communes ont investi dans un multiple rural (Châtel Montagne, La Chapelle). Des particuliers ont aussi parfois décidé d’en prendre l’initiative (Saint Nicolas des Biefs, La Chabanne…).

Dans chaque commune, il subsiste encore au moins un lieu de rencontre (bar ou restaurant).

On sent la volonté locale de maintenir une activité sur chaque commune ; les élus prennent des initiatives : construction neuve de commerce avec mise en gérance, anticipation avec rachat de licence IV pour débit de boissons, restauration de bâtiment pour créer un multiple rural, un restaurant…

Cette activité économique reste cependant fragile du fait de certaines difficultés :

  • Les départs en retraite des exploitants de commerces, sans avoir trouvé un nouvel acquéreur,
  • La capacité à trouver un gérant de commerce convenable pour les établissements rénovés par les communes.

Les métiers du bâtiment sont bien représentés sur le secteur, même si certaines entreprises commencent à disparaître pour cause de départ en retraite, sans avoir trouvé de repreneur (plombier, menuisier…).

De nombreuses entreprises génèrent des emplois, et ce dans des domaines d’activités divers : garages, entreprises de serrurerie, entreprises du bâtiment, transports, travaux publics, maintenance culinaire, travaux forestiers… Le Mayet de Montagne concentre beaucoup d’emplois avec le centre social rural (une soixantaine), la maison de retraite médicalisée, les différents commerces, le supermarché, et les nombreuses PME… Une filière d’électronique génère une centaine d’emplois sur le secteur.

L’hébergement

La Montagne Bourbonnaise dispose d’une capacité d’accueil qui s’améliore quantitativement et qualitativement. Cette capacité d’accueil relève de deux types de structures :

  • les résidences secondaires dont le nombre a augmenté de 62,4 % entre 1975 et 1999 passant de 812 à 1319. Dans le même temps, la part des résidences secondaires dans le parc de logements s’est accrue de 21,6 % en 1975 à 27,2 % en 1999. Incontestablement, le développement des résidences secondaires traduit d’abord et avant tout une transformation des résidences autrefois principales en résidences occasionnelles. Toutefois, ces anciennes résidences principales n’ont pas été délaissées au point de devenir vacantes. Ainsi, les résidents secondaires tiennent une place non négligeable dans l’économie locale. La commune de Saint Nicolas des Biefs voit sa population décupler durant l’été. A Châtel Montagne ou Arfeuilles, la population double voire triple. Les résidents secondaires constituent des consommateurs potentiels pour les artisans et les commerçants. Parfois contesté, le poids économique des résidences secondaires mériterait d’être analysé plus profondément.
  • les hébergements à caractère commercial dont ils se révèlent de plus en plus étoffés. La Montagne Bourbonnaise compte 62 gîtes ruraux qui offrent une capacité d’accueil de 377 places ; 9 chambres d’hôtes qui peuvent héberger 91 personnes ; 5 gîtes d’étape et de séjours (capacité d’accueil 138 places) ; 6 campings qui disposent de 172 places ; un village-vacances ; 5 hôtels. Par ailleurs, la Montagne Bourbonnaise compte 13 auberges – restaurants.

En définitive, l’importance des résidences secondaires et des structures d’accueil à caractère commercial qui se développent de plus en plus, révèle l’impact du tourisme dans l’économie locale et la nécessité pour les commerçants et les artisans du territoire de répondre à cette forte demande saisonnière.

Source : étude Opération Collective de Modernisation (CCMB - Chambre des Métiers de l’Allier - Chambre de Commerce et d’Industrie de Moulins Vichy) - 2005