Office de tourisme de la Montagne Bourbonnaise

Vous cherchez à passer un agréable séjour en Montagne Bourbonnaise, n’hésitez pas à visiter le site de l’Office du Tourisme

Histoire de la communes

Châtel-Montagne vient du latin Castrum in Montanis, littéralement « château dans la montagne ».

Le village est situé sur une branche de la voie Romaine reliant les villes de Vichy et Roanne.

D’importantes foires se tenaient à Châtel-Montagne au XVIème Siècle.

Le village a été marqué par la présence religieuse entre le XII et le XVIème Siècle, d’un prieuré et de 4 moines.

Les différents seigneurs qui se sont succédés en tenant une place importante dans l’histoire locale ont assuré la renommée de leur fief.

Au Xième Siècle, une importante baronnie règne sur notre village. Les Seigneurs de Châtel-Montagne figurent parmi les plus grands vassaux des Sires de Bourbon. On les retrouve compagnons de Duguesclin et participant aux croisades contre les maures sous le commandement de Louis II de Bourbon. En 1567, Nicolas de Nicolaï place le bourg et le château sous la dépendance de la châtellerie de Billy et de Vichy.

En 1720, Gilles Brunet d’Evry « conseiller du Roi », refuse d’habiter le château en raison de son état de délabrement.

Depuis lors, la bâtisse s’est transformée au fil des décennies, en une ruine servant de lieu d’approvisionnement en pierre pour les villageois. La municipalité s’est portée acquéreur de cette propriété en 1999 afin de conserver les vestiges de son histoire.

L’église Notre-Dame de Châtel-Montagne a été construite sur un promontoire où se sont succédés plusieurs lieux de culte, Celte, Romain et enfin un petit édifice Carolingien :

1082 Le seigneur DELMAS assure des revenus aux moines bénédictins de Cluny

1095 Le pape Urbain II authentifie cette donation. Construction de l’église de 1095 à 1210 environ, avec un cloître et un prieuré au nord de l’édifice.

1462 L’Eglise prieurale (privée) devient paroissiale

1614 Le prieuré de Châtel-Montagne est rattaché au couvent de Lavesme près de Maringues.

1790 La présence religieuse est supprimée dans le village à la suite de remous causés par la Révolution

1793 La flèche en pierre haute de 13m70 est abattue par les Jacobins et l’église est transformée en entrepôt à salpêtre.

1801 Rétablissement du culte dans l’Eglise.

1840 Prosper Mérimée, après son passage dans le village, fait classer l’Eglise au premier inventaire des monuments historiques, c’est le début des travaux de restauration.